Sélectionner une page

Mélissa Hoffmann Bernard

Originaire du Jura, Mélissa grandit à la campagne, et a toujours été une amoureuse – comme son grand père aujourd’hui décédé – de la nature et des animaux.

” Je ne sais pas d’où me vient cette passion, mais j’ai toujours adoré les chevaux. Je n’étais pas attirée par l’équitation en revanche. Ça ne collait pas avec les histoires qui me faisaient rêver, petite : Heartland, l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, Hidalgo… “

A 12 ans, elle découvre l’équitation western grâce à une amie et sa mère. La voilà partie débuter l’équitation et le western à Red Spring, avec Danièle Rouard. Et c’est la révélation ! Une équitation dans laquelle le cheval est partenaire, une culture équestre incroyable, les grands espaces.. le rêve.

Le cheval devient une vocation pour sa mère, Silke, qui s’associe à Françoise Raimondo en 2007/2008. Mélissa abandonne l’idée de devenir zoologiste pour devenir “cowgirl”, et choisit un BTS agricole. A 19 ans, elle pars 8 mois en Australie avec une amie, travaille 4 mois pour le WWF à Adélaïde , puis, pendant 4 mois, elle voyage avec des compagnons rencontrés là bas.

A son retour, elle intègre la licence de management des établissements équestres à Saumur. C’est dans ce cadre qu’elle part, travailler en tant qu’assistante entraîneur chez Patrick Sattler, en Allemagne. Et là, une nouvelle révélation.
” Je redécouvre l’équitation western, une équitation dans laquelle vous sentez chaque seconde votre cheval parfaitement sous votre corps ; dans laquelle votre cheval est à la fois capable de travail de ranch et de performance sportive, je découvre le cow-horse et surtout, une équitation fondée sur le partage et la bienveillance. Je remercie aujourd’hui encore Patrick et Sylvia pour cela. “

Sur place elle devient amie avec Sophia, et entament ensemble un tour d’Europe en van. Cette pause lui permet de faire le point et de réaliser : la crise climatique et environnementale la pousse à renouer avec une autre passion, celle pour la nature et la biodiversité. 

Elle reprend ses études et fait une saison en tant que réceptionniste en camping pour se financer et rencontre, Hugo, son compagnon. Elle intègre SupAgro à Montpellier en cursus d’ingénieur agronome, part en stage au Costa Rica, sur une exploitation traditionnelle (Finca Monte Claro) afin de découvrir la production de café et cacao mais aussi de débourrer / travailler les jeunes chevaux (aztèques) – les chevaux ne la quittent jamais…
Diplômée en 2020, elle travaille depuis au syndicat mixte des Gorges du Gardon, dans le Gard et est coordinatrice du projet européen LIFE Terra Musiva (« terre de mosaïque »), lancé en 2022 pour 5 ans et 6 millions d’euros, un projet qui vise à renforcer la conservation de la biodiversité sur 6 sites Natura 2000 du nord-est du Gard. 

“Sonic, QH de 11 ans cette année, m’accompagne partout depuis le début – en Allemagne, à Montpellier.. Il est aujourd’hui avec moi, à la maison. C’est mon cheval « brouillon », que j’ai fait de A à Z (on est loin du Z..). Et même s’il n’est pas un cheval de cow-horse, il a été mon pilier lors de mon parcours un peu rocambolesque. « Horses provide peace to troubled souls ». Il est mon compagnon au quotidien.”

Pour le cow horse, dont je suis tombée amoureuse, j’ai commencé à monter en 2020 avec Marine Richard chez Jacky Molliex au 4 Seasons Ranch. Un endroit incroyable, qui fait du bien. J’espère pouvoir progresser dans cette discipline, rencontrer du monde, partager de beaux moments et, qui sait, commencer les concours.. 

Et puis, je réfléchis à mon futur projet de vie – j’aimerais concilier la vie de ranch, le cow horse, la préservation de la biodiversité, le tourisme.. un projet encore flou, mais qui essaiera de ramener un peu de sens sur cette belle planète et dans ce monde un peu tout fou. Parce que :

« Life isn’t always candy, cowboy boots and horses, but it should be. »
– Cowgirl quote 

Merci aux Vano Stables (Goudargues – Gard) de nous avoir fait profiter de leurs installations, ainsi que du formidable “Page” adorable quarter-horse, merci également à Winch Farm qui nous a fourni le magnifique tapis.
Photos ©Greg Niro – 2022